Onefootball
Bruna Fernandez

🚨Football Leaks : Monaco aurait contourné le Fair-play financier


Selon de nouvelles révélations de Mediapart, Dmitri Rybolovlev aurait mis en place un "montage offshore" pour rentrer dans les règles de l'UEFA.

C’est le nouvel épisode de la saison 2 des Football Leaks. Ce lundi, Médiapart a révelé que Dmitri Rybolovlev aurait tenté de contourner les règles du fair-play financier.

En 2014, le patron de l’AS Monaco aurait tenté de maquiller les subventions qu’il versait au club en faux revenus de sponsoring. Une opération finalement avorté mais sur laquelle l’UEFA aurait en partie « passé l’éponge ».

Le milliardaire russe aurait signé un faux contrat de marketing avec AIM Digital Imaging « une société offshore immatriculée à Hong-Kong ». Celui-ci était complété par un « un accord d’investissement avec City Concept Ventures, une société-écran immatriculée aux Iles Vierges britanniques ».

Mais caché derrière ces prétendus revenus marketing, l’oligarque pouvait continuer à injecter lui-même de l’argent dans les comptes en banque de l’ASM.

Malgré un campagne de lobbying intense auprès de l’UEFA, la chambre d’instruction de l’instance sportive a ouvert une enquête sur les déficits du club.

En 2015, Monaco a été condamné en 2015 à trois millions d’euros d’amende ferme, assortie d’une limitation de recrutement pendant un an.

Mais, selon l’enquête du consortium de médias, l’UEFA, alors dirigée par Michel Platini, a « fermé les yeux » sur le contrat litigieux avec AIM, après avoir passé un accord à l’amiable avec le patron du club.

Finalement, Monaco n’aurait pas pu utiliser son « montage offshore » en raison d’une brouille entre Dmitri Rybolovlev et le patron d’AIM, Bernard de Roos.