Onefootball
Nicolas Basse

đź“˝ Les meilleurs Ă©trangers de Ligue 1 : Juninho


Chaque semaine, Onefootball vous propose de (re)découvrir un grand joueur étranger passé en Ligue 1. Pour commencer cette rubrique, le Lyonnais Juninho Pernambucano.

Avant Lyon

Avant de dĂ©barquer Ă  L’Olympique Lyonnais, oĂą il a connu les heures les plus glorieuses de sa carrière, AntĂ´nio Augusto Ribeiro Reis Junior, dit Juninho Pernambucano, dit Juninho, a fait ses classes au BrĂ©sil. 2 ans en tant que professionnel dans son club formateur Sport do Recife, avant de partir pour Vasco de Gama, oĂą il Ă©volue pendant 6 saisons.

Un club qu’il quittera sur un conflit extra-sportif, ce qui permettra Ă  l’OL de rĂ©aliser le plus joli transfert de son histoire, puisque le joueur dĂ©barque libre de tout contrat Ă  Lyon en 2001, après un an Ă  cirer le banc au BrĂ©sil. Grâce Ă  l’argumentaire commun de Bernard Lacombe et Sonny Anderson, « Juni », aussi convoitĂ© par le Barca, est convaincu par le projet des Gones et signe Ă  l’OL.

Ses années Ligue 1

Au sein de l’Olympique Lyonnais, le BrĂ©silien va devenir match après match un taulier de l’effectif et s’affirmer au fil des saisons comme une des lĂ©gendes les plus emblĂ©matiques du club, rĂ©sistant aux appels du pied des plus grandes Ă©curies europĂ©ennes en restant fidèle Ă  son club de coeur. « J’ai voulu marquer l’histoire de l’OL. Et Lyon a marquĂ© ma vie » rĂ©sume le joueur.

Il fait ses grands dĂ©buts Ă  Gerland le 20 octobre 2001. Le point de dĂ©part parfait d’une belle histoire d’amour, puisque le joueur permet Ă  Lyon de glâner le point du nul en marquant le coup-franc Ă©galisateur Ă  la 82e face Ă  Sochaux. Sa première saison est  synonyme de succès, l’OL dĂ©crochant son premier titre de champion au terme de l’exercice 2001-2002.

La suite de sa carrière en France coĂŻncide avec les heures les plus glorieuses de l’histoire de l’OL, qui va connaĂ®tre une ère de suprĂ©matie sur l’Hexagone en remportant avec lui 7 titres de champion de France consĂ©cutifs. S’affirmant comme un leader de l’Ă©quipe au fil des saisons, il forme avec Diarra et Essien un trident redoutable dans l’entrejeu lyonnais.

Seul point noir de l’idylle lyonnaise, l’incapacitĂ© Ă  dĂ©passer le cap des quarts de finale sur la scène europĂ©enne, avec trois Ă©liminations Ă  ce stade entre 2004 et 2006, au paroxysme de la domination lyonnaise sur le championnat de France, dont il est Ă©lu meilleur joueur en 2006. Bilan complet des annĂ©es lyonnaises : 344 matchs, 100 buts, 11 titres. Patron.

Sa particularité ?

Milieu offensif de talent Ă  la vista fantastique, rapide, douĂ© techniquement et travailleur pour l’Ă©quipe, Juninho Ă©tait un joueur complet. Son point fort Ă©tait indĂ©niablement son adresse sur coups de pied arrĂŞtĂ©s, vĂ©ritable arme fatale du BrĂ©silien, qui a trompĂ© quelques illustres gardiens dans cet exercice (Kahn, ValdĂ©s, Casillas ou encore Barthez)

Pour le plaisir, l’intĂ©grale des missiles mis en orbite par le joueur au cours de sa carrière avec les Gones. Avec Lyon, il a inscrit la bagatelle de 44 coup-francs en 7 saisons.

Et après ? 

Parti de Lyon en 2009, il s’en va Ă  l’Ă©poque, Ă  34 ans, engranger quelques liquiditĂ©s au Qata, à Al-Gharafa, avant de finir sa carrière de joueur Ă  Vasco de Gama en 2013, après une parenthèse d’une saison au New-York Red Bulls. Ă€ 44 ans, il pourrait Ă  l’avenir revenir Ă  Lyon, oĂą un poste de directeur sportif pourrait lui ĂŞtre proposĂ©.

C’est en tout cas le souhait de Jean-Michel Aulas, confiant quant Ă  un retour, après des adieux sportifs rĂ©ussis il y a 9 ans, avec un parcours conclu en beautĂ© sur un centième but inscrit le 24 mai 2009 pour sa dernière avec le maillot lyonnais : « Les choses avancent avec Juninho, on discute toujours. A un moment ou Ă  un autre, il va revenir. Il est intĂ©ressĂ©. Tout est possible ».